Notre expérience de la location saisonnière ? partie 2: les touristes

DSC_1376

L’appartement était acheté et décoré (partie 1 ici ) pour accueillir des touristes. Mais comment se faire connaître ?

Comme tout un chacun l’aurait fait, nous avons cherché sur les moteurs de recherche, des sites de location saisonnière.  Les plus connus tels que homelidays, tripadvisor, airbnb Abritel étaient payants. Nous avons donc décidé de ne pas nous y inscrire !! Etait-ce une bonne décision ? non. Nous voulions économiser chaque centime et avec notre mauvaise mentalité, l’affaire ne s’est pas très bien terminée.

Un bon investisseur ne doit pas hésiter à dépenser de l’argent si le retour sur investissement est assuré. Comme pour tout, nous avons du passer par cette étape pour nous en rendre compte.

Par conséquent, nous avons opté pour des sites français gratuits et bien sur le célèbre « leboncoin ». Nous inscrire uniquement sur des sites français réduisait notre cible mais nous avions confiance sur notre futur taux de remplissage.

Nous avons soigné nos annonces et comme cadeau de bienvenue, on proposait une bouteille de vin du terroir.

De plus, mon expert en immobilier a créé un site internet : grâce auquel le monde entier pouvait nous contacter. Il s’agit de: http://mon-toit-a-blois.blogspot.fr/

Nous avons commencé à louer en décembre 2012 avec un mois complet. Les touristes étaient essentiellement des espagnoles. En Janvier 2013, aucune réservation…. L’excitation du bon mois de décembre était redescendue et nous nous sommes dits qu’après les fêtes, personne ne dépensait.

Néanmoins, nous devions réfléchir à un autre développement de notre business. Nous habitons non loin d’une centrale nucléaire et nous étions au courant que des ouvriers tournaient sur ces sites en y restant quelques mois. Ni une, ni deux, après quelques coups de fil à la centrale, nous nous sommes rendus sur place. Nous y avons déposé une annonce en bonne et due forme.

centrale-nuclaire-cout

Les mois d’après se sont mieux passés et nous avions régulièrement des touristes. Surtout des femmes, quelques couples, des australiens et un anglais qui venait s’installer dans notre ville. Ce monsieur avait besoin d’un pied à terre quelques jours pour effectuer les dernières démarches administratives avant son installation et celle de sa famille.

Ainsi, la location saisonnière tournait assez bien pour nous. Pourquoi donc ai-je dit en début d’article que l’affaire s’était mal terminée ? Rendez-vous ici pour lire la fin de notre aventure dans la location saisonnière

Après la pluie, le beau temps 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *