Le chemin vers le procès, où jusqu’où peut aller la jalousie du voisinage (3)

copropriétaire

On vous le rappelle, un appartement a été acheté dans une copropriété et une de nos fenêtres gène de nouveaux propriétaires.plus d’info à la  partie 2 ici .

Deux à trois semaines après avoir rencontré les copropriétaires, nous avons reçu un appel du service des architectes des bâtiments de France. Ils nous ordonnaient d’arrêter les travaux et nous informaient que nous aurions reçu un LRAR sous peu.

Nous ne comprenions rien à cette histoire.

Qu’avions-nous fait ? Comment savaient-ils que nous faisions des travaux ? 

Des questions restées sans réponse.

Le courrier est arrivé 2 jours après! J’ai donc pris rendez-vous avec le service des architectes des bâtiments de France (ABF). Au téléphone, ils nous ont informé que l’immeuble est historique et que nous devions avoir l’autorisation des ABF pour y faire des travaux intérieurs et qu’ils ont été mis au courant par une dénonciation (courrier anonyme) .

Nous étions verts! Ni le notaire, ni le directeur de l’agence immobilière ne nous avait prévenu d’avertir les ABF en déposant une demande de permis de construire !! Le pire, écoutez-bien, c’est que Garry qui avait beaucoup surfé sur internet pour avoir des infos sur les bâtiments historiques, avait appelé le service. L’assistante nous a répondu que, oui, il s’agissait de travaux intérieurs et que nous pouvions les effectuer sans autorisation…………… !!!!

Bref !!

Avant le rendez-vous, j’ai appris le nom du directeur du service par cœur, oui, le haut placé….. c’est déplacé en personne… 🙂 Ce monsieur avait un nom à rallonge et le jour du rendez-vous je lui ai fait mon plus beau sourire !!

Petit aparté : Le fait que le directeur se déplace nous a mis mal à l’aise. On s’est demandés de quoi nous accusait les voisins, puisque le courrier ne pouvait venir que d’eux……pour que le responsable se déplace.  Nous étions vraiment très en colère car avoir son nom salit n’était pas chose facile à supporter.

Ils étaient deux, le directeur et son adjoint, très corrects. J’avais apporté des photos de l’état de l’appartement à l’achat pour prouver nos dires. le rendez-vous c’est bien passé. Les particularités historiques qui n’existaient plus n’étaient pas de notre fait et ça, le directeur l’a bien compris, bien supposé…

Les voisins nous attribuaient une ouverture qui n’existe pas sur les plans de la copropriété. Cette ouverture était faite sous l’escalier commun au dessus de notre appartement, vu que nous sommes au rez-de-chaussée. Là encore, l’architecte, qui connait bien son boulot, a bien compris qu’il ne s’agissait pas d’une ouverture faite il y  a 2 mois……. C’est tout de même un professionnel, l’architecte des bâtiments de France, le directeur du service……J’insiste, mais vous verrez pourquoi par la suite.

Suite au rendez-vous, garry a déposé le permis de construire qui a été accepté 2 mois après. Le jour de réception du courrier nous autorisant à effectuer les travaux, Garry a cloué à un mur extérieur de l’appartement, l’affichage obligatoire de réalisation des travaux. Puis,les travaux ont repris !

Mais pas que les travaux, la suite au prochain épisode les amis ! La suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *